Les Jardins

Verger de Paradis

Accueil » Jardins du Val de Loire » Verger de Paradis

LE VERGER DE PARADIS

Histoire du Verger de Paradis du Rivau

En 1452, le bon roi René d’Anjou, voisin du Rivau et passionné de jardins, dans son livre Du Coeur d’amour épris, disait qu’il n’y avait de beaux jardins d’agrément que ceux, où au-delà des fossés, s’étendaient un verger. En effet, pour être édénique, les rosiers grimpants devaient enlacer les arbres fruitiers.

 

C’est ainsi que sont replantés les arbres fruitiers de variétés locales ou de variétés plus répandues qui sont plantés au 15ème siècle à l’époque de la conception du Rivau. Ces variétés anciennes et locales participent à la conservation d’arbres fruitiers transmise de génération par les passionnés. De plus, ils fut greffés par un pépinériste collectionneur qui pratiquait le greffage à façon : c’est ainsi que nous conservons ces variétés rares du Val de Loire.

 

Puis, le verger du Rivau fut replanté il y a 25 ans. Il se constitue de 52 arbres en demi-tige. Ces arbres se plantent autour d’une croix de cerisiers où les rosiers grimpants s’entremêlent aux cerises au moins de juin pour évoquer le verger du Roi René.

Au pied des arbres fruitiers, les Nigelles de Damas qui succèdent aux Muscaris armeniacum, qui étaient le symbole de l’amour non partagé. Enfin, leur succèdent les myosotis et des géraniums Johnson’s blue.

Arbres Fruitiers Et Poésie…

Peuplé d’une collection d’anciennes variétés de pommiers, de cerisiers, de néfliers et d’amandiers, qui s’enlacent avec des rosiers grimpants. A leurs pieds cohabitent des Muscaris armeniacum, des Nigelles de Damas et des Valérianes.

Floraisons Printanières

Le verger des jardins du Château du Rivau est un des premiers des 14 jardins à entamer le cycle des floraisons. En effet, dès le mois d’avril, les Muscari Armeniacum et les Muscaris Latifolium fleurissent sous les arbres fruitiers en fabricant des carrés d’un bleu étincelant. Cela quelques semaines avant les floraisons des arbres fruitiers…

Les arbres fruitiers du verger

Quatre collections d’arbres fruitiers peuplent ces quadrilatères. Les pommiers avec les pommes à couteaux et les pommes à cuire.

 

Dans la collection de variétés anciennes et locales de pommier en demi tige, on retrouve une patte de loup, un api noir, un court pendu plat et pendu gris, un api étoilé, un blanc Dureau, un pépin de Bourgueil. Mais aussi un Lambron, un Gros Jaune, une Calville rouge, un fenouillet gris, une Calville du roi et blanc, un Court pendu gris et rouge et enfin, un api rose.

 

Palissé en éventail ou main ouverte comme au XVe siècle, des variétés anciennes de pommiers ornent l’allée qui mène au Rivau. On y trouve un faro, un teint frais, un fraise, un deux ans de Lunéville, une double rose, deux api étoilé, un rambar, une pomme de fer et clochard et une calville du roi.

 

Les pruniers contiennent une reine Claude Oullins gros jaune verdâtre Porte greffe Prunus Mariana mature fin juillet, quatre Reine Claude Dorée Porte greffe Prunus Mariana mature mi août. Mais aussi, une Mirabelle de Nancy Porte greffe Prunus Mariana mature mi août, une Reine Claude Violette taille moyenne Porte greffe Prunus Mariana mature août. Enfin, deux Reine Claude de Bavay gros vert orangé Porte greffe Prunus Mariana mature sept.

 

Dans la collection de cerisiers variétés locales et anciennes privilégiées, on trouve un Bigarreau noire d’Ecquilly, une Guindolle de Chatellerault, un précoce de la Marche, un bigarreau Jaboulay. Puis, on trouve une cerise griotte, Belle de Chatenay, royale et Burlat. Enfin, on trouve une griotte de Montmorency, un bigareau Napoléon et 16 cerisiers bigarreau.

Les Nefliers

11 Mespilus Germanica néflier se trouvent au verger.

Véritables pommes d’amour, les pommiers d’ornement sont aussi nombreux dans les jardins… On y trouve 2 Malus « Nicoline » et « Coccinelle », très beau feuillage rouille à l’automne. Puis, un Malus Crittenden 2010 Bois amoureux, 4 Malus « Royalti ». De plus, on trouve 4 Malus « Aldenhamensis » au feuillage pourpre devenant bronze en été feuillage pourpre et des pommes prune. Puis, un Malus comtesse de Paris, un Malus « professeur Sprenger », feuillage vert devenant jaune pommes rouges. Mais aussi un Malus « Sieboldi » aux feuilles dentées devenant jaune bordées de rouge, petites pommes oranges, 2 Malus Tchonowskii, feuillage gris devenant pourpre à l’automne. Et enfin, un Malus « Red sentinel », trilobata fastigié, Brandy Wine et John Downie et 2 abricotiers palisses ainsi que 2 kaki Diospyros.

verger du paradis