Découvrir
  1. Accueil
  2.  > 
  3. Jardins
  4.  > 
  5. Jardin au fil des Saison
  6.  > 
  7. Jardin en Avril

Les Jardins du Rivau en Avril

Bleus, bleus comme les tapis de fleurs du Rivau

Les fleurs du jardin du Rivau fêtent l’arrivée du printemps.
Des tapis de violettes mauves et blanches ont colonisé les pelouses naturelles ( non désherbées chimiquement) des jardins. On dit qu’elles sont de Parme ou de Toulouse, en tout cas elles se plaisent en sol calcaire et se sont installées et se multiplient naturellement.

De février au mois d’avril, les hellébores nous font oublier la grisaille. Hellébores orientales et Hellébores fétides se battent pour être les stars de la forêt enchantée à partir du début de février. Elles se plaisent dans la terre calcaire du Rivau et se ressèment seules ; elles apportent un effet de masse extraordinaire. Des blanches, des rosées, des violacées, des lie de vin, des chartreuses, il y en a pour tous les goûts.

Hellebores

Les Hellebores dans la Forêt Enchantée

Les Muscari Arméniacum

Les premières fleurs sont les bulbes de couleur bleue. Au Rivau des tapis de Muscari armeniacum se sont naturalisées avec enthousiasme au pied des fruitiers du verger de Paradis. Leurs fleurs en épi d’un vrai bleu cobalt et d’une quinzaine de centimètres de hauteur sont bordées d’une fine collerette blanche. Une merveille de délicatesse.
Les Muscari latifolium même s’ils sont moins nombreux présentent un intérêt car ils ont la particularité d’être bicolores : la base de l’épi est d’un bleu plus foncé qui se dégrade en un bleu plus clair au sommet de la fleur : une curiosité.

Cousines des Muscaris, les Scilles de Sibérie qui peuplent la Forêt Enchantée dès le mois de mars sont d’un bleu encore plus intense. Elles ont formé un magnifique tapis bleu presque fluo d’autant que les pieds aux feuilles d’un vert brillant portent 3 ou 5 tiges fleuris du mois de mars au mois d’avril.

muscari armeniacum au château du rivau

Les Muscaris Areniacum dans le verger du Château du Rivau

En parlant de bleu, les Chionodoxa lucilae, qu’on appelle "gloire des neiges" ne sont pas en reste. Leurs pétales bleus sont presque phosphorescents d’autant que le centre de leurs pétales est blanc et semblent les faire briller. Au Rivau, elles se propagent généreusement dans le sous- bois du Bois Amoureux.

Et puis plantées entre les touffes de graminées qui ne se développeront qu’en mai , plus de 12 000 anémones blanda aux marguerites bleues adorent le sol calcaire des jardins du Rivau car elles sont originaires des terres alkalines des Balkans .

Le printemps est vraiment la saison préférées des fleurs de couleur bleue. Tout de suite après les Scilles de Sibérie ce sont les Vinca major Hirsuta, grandes pervenches aux fleurs en étoiles bleu intense qui essaient de ravir la vedette aux autres tapis azur : un spectacle à ne pas manquer.
Elles peuplent aussi les sous-bois d’autant qu’elles ne craignent la concurrence de personne. Elles sont si prolifiques que nous devons les tondre tous les ans.

Puis c’est le tour de l’or des fritillaires et des collections de narcisses jonquilles d’attirer l’attention. Ensuite ce sont les fritillaires qui pointent leur nez. Au Rivau, nous avons implanté les fritillaires impériales ‘maxima Lutea’. Leurs clochettes jaune d’or sont vraiment maximales même si elles sont pointées vers le sol, en groupe de 5 ou 6 sur chaque tige.
Fidèles, elles reviennent tous les ans et illuminent dès les premiers beaux jours le jardin du Petit Poucet. Si le soleil perce, il faut faire la chasse au criocère qui en raffole aussi.

Les Narcisses dans les Jardins du Rivau

Ensuite ce sera le tour de nos collections de narcisses de parader.