Découvrir
  1. Accueil
  2.  > 
  3. Découvrir
  4.  > 
  5. Art
  6.  > 
  7. Expo Temporaire
  8.  > 
  9. Nicolas Darrot

Nicolas Darrot

BIOGRAPHIE DE NICOLAS DARROT

Nicolas Darrot est né en 1972 au Havre. Il étudie en premier lieu l’architecture à Grenoble, puis intègre les Beaux-Arts de Paris où il obtient son diplôme en 1998. Intéressé notamment par l’actualité scientifique, il se consacre après cette date à la mécanique en réalisant des automates ou des marionnettes. Sa formation en architecture n’est cependant jamais loin de son travail, en témoigne l’importance qu’il donne au concept et au dessin. Nicolas Darrot a exposé dans de nombreuses galeries et musées parisiens dont le Grand Palais en 2018, mais aussi à l’étranger (Japon, Corée, Etats-Unis, Finlande...). Il avait déjà participé à l’exposition d’Art contemporain du Rivau de l’année en présentant une oeuvre sur le thème « Le Beau, la Belle et la Bête. »

SON OEUVRE

L’artiste crée des automates qui mêlent humains et animaux. Son travail se compose de sculptures, d’objets hybrides qu’il crée à partir d’éléments mécaniques et de sculptures animales. Nicolas Darrot crée un bestiaire mécanique, qui rappelle la science-fiction. Passionné de science et technique, il crée un monde entre animal et minéral, et unie les arts plastiques et la robotique. Ses œuvres sont animées grâce à des capteurs sensorielles, à l’approche des visiteurs elles prennent vie. De plus, sa vision confronte l’homme à l’animal et s’inspire de l’histoire, la science et la littérature. L’artiste apprend au contact des scientifiques, et est inspiré par ses lectures.

SON OEUVRE AU RIVAU

Dans le cadre de l’exposition rendant hommage à l’héritage de Léonard de Vinci, Darrot a conçu un mécanisme animalier inspiré de l’imaginaire foisonnant des machines volantes dessinées par le génie italien. Il va en effet donner vie à un crâne de cerf en l’automatisant. En passant devant ce “cerf volant”, le visiteur déclenche un mécanisme de rire ou de larme. Cette oeuvre joue avec son environnement, à savoir la salle des trophées et son impressionnante collection d’art cynégétique qui amène l’univers de la forêt dans le château, mais aussi avec des expressions ou des idées préconçues ; par exemple, ce cerf fera mentir l’adage « il n’a rien dans le crâne »… Ainsi, Darrot a choisi un animal qui l’avait déjà inspiré par le passé, le cerf, et qui incarne somme toute une représentation syncrétique de la Nature mêlant l’animal et le végétal, le vivant et la machine, faisant ainsi référence à la Renaissance comme la période de naissance des sciences, un moment de curiosité et d’observation de la Nature.
http://nicolasdarrot.com